Canada – Jour 6 : Les fleurs du bien

Deuxième jour dans l’ancienne capitale du Canada. En flânant sur la rue Saint Denis, on remarque des maisons aux drôles d’escaliers ni tout à fait droits, ni tout à fait en colimaçon qui font paraît-il, partie des caractéristiques de la ville. Dans les quartiers alentours, un peu partout sur les grands murs rouge brique, du street art pour tous les goûts.

Nous voilà arrivées au marché Jean Talon, où une farandole de couleurs égaie les étals. Une ribambelle de fleurs en pot et en bouquets, de fruits en vrac… Et de touristes en vrac aussi, ce qui ne nous a pas empêché d’en profiter. Non loin de là, derrière un de ces grands bâtiments en briques rouge justement, ma sœur et moi avons repéré un magasin de musique qui nous a permis de rallonger nos wishlists d’anniversaire, de Noël et de tout autre événement susceptible de nécessiter un cadeau pour les 25 années à venir. Allez, pas de craquage, l’option internationale de la carte bleue n’a toujours pas été activée et les réserves s’amenuisent beaucoup, mais alors beaucoup trop vite.

Je n’en rajouterai pas encore une couche, sur le Vego où on a déjeuné ce midi là parce que je l’ai déjà fait ici, mais je crois que ça faisait longtemps que je n’avais pas eu l’impression de m’être réincarnée en ballon.

Pour s’en remettre, la petite sœur et moi avons décidé d’aller explorer un des nombreux espaces verts de la ville. Tentées par le jardin botanique, nous nous sommes remises en route. Presque arrivées à destination, on résoudra enfin le mystère de l’édifice-à-la-forme-étrange-dont-on-ne-sait-absolument-pas-ce-que-c’est : c’était en fait le stade Olympique, qui si vous voulez tout savoir (mais il y a fort à parier que ce détail ne vous intéresse pas du tout) était fermé.

Qu’à cela ne tienne, on était venues pour voir des fleurs. Et pour voir des fleurs, on en a vu… C’était assez fou tant il y avait à regarder. Chaque virage peut vous entraîner dans une nouvelle thématique, une nouvelle atmosphère inattendue. Ici un jardin alpin, et quelques mètres plus loin bienvenue en Chine. Le coup de cœur absolu revient au jardin japonais, à ses magnolias en fleurs et à son ruisseau apaisant. Je ne saurais pas dire combien de temps on y a passé. Mais on aurait pu y rester encore longtemps si ce jour 6 n’était pas notre dernier jour dans la ville.

 

Pour autant, peut-on quitter Montréal sans passer par la place Jean Drapeau ? Peut-on quitter Montréal sans avoir visité le vieux port ? Pour notre part, on a convenu que non, et je pense que l’on a bien fait.
Entre la promenade en bord de fleuve, le marché Bon Secours, et l’animation d’un samedi soir aux ambiances de bords de mer, on a pu prolonger l’échappée encore davantage et profiter de la jolie ville de Montréal jusqu’au la dernière goutte.

 

Coeur sur vous,
Lucile

Leave a Reply