Des mots et des maux

 

Il y a ceux qui les confondent.
Qui voient en l‘imminence d’une action l’éminence d’un cardinal.

Il y a ceux qui ne les comprennent pas, mais veulent montrer qu’ils les connaissent.
Sous de grandes phrases élogieuses, ils placeront le terme élégie au détour d’une virgule mal apposée.

Il y a ceux qui les emploient sans les savourer, sans jamais écouter leur beauté,
toutes ces résonances qui leur donnent une couleur si particulière.

Il y a ceux qui n’ont pas appris qu’ils étaient un formidable espace de jeux.
Ils les utilisent à tort, toujours dans leur sens premier, pour ne pas prendre le risque d’être compris de travers.

Il y a ceux dont le champ lexical trahit des intentions non partagées.
Noyés dans le fond du message qu’ils souhaitent faire passer, ils oublient que la forme révèle aussi quelque chose d’eux.

Il y a ceux qui, par l’emploi imparfait d’un temps ou d’un mode qu’ils ne maîtrisent pas,
font un compliment inopiné, que dans votre gêne vous ferez mine de ne pas relever.

Ceux-là ressemblent à s’y méprendre à ceux qui ont oublié qu’il était possible de lire entre les lignes.

Il y a ceux qui n’ont pas voulu blesser, mais qui l’ont fait parce que peut-être,
ils ont confondu vouloir avec pouvoir, être avec avoir, connaître avec savoir, falloir avec valoir.

Il y a ceux qui ont tous ces visages à la fois.
Ils trahissent leur espoir quand ils crient leur déception, disent des lendemains heureux alors qu’ils pensent désillusion.

Il y a ceux qui ont cru qui savaient, qui disent qu’ils peuvent et montrent qu’ils se battent pour des perspectives qui le valent bien.
Ce qu’ils pensent en filigrane ? “Avant j’ai connu, mais aujourd’hui ils ont voulu, alors demain il le faudra”.
Ce sont ceux-là même qui vous feront croire que vous n’avez pas voulu, là où vous n’avez simplement pas pu…

Et si de nos maux, les justes mots étaient le remède ?

Coeur sur vous,
Lucile

2 Replies to “Des mots et des maux”

  1. C’est marrant parce que pendant un temps j’ai hésité à donner ce nom à mon blog, puis à une catégorie du blog.

    Je la trouvais un peu trop tristoune. Mais clairement les mots ont un pouvoir de délivrance et de guérison énorme.

    1. Hello Azylis ! Je vais aller te lire de ce pas, je suis curieuse de voir à quoi ton blog peut ressembler !
      Oui en effet, les maux sont difficilement joyeux tant qu’on n’y trouve pas le remède…

Leave a Reply