Back to London…

initialement publié le 22 avril 2016

Elle est mon café du matin, ce grand coup de fouet qui me permet de repartir du bon pied. J’ai l’impression de si bien la connaître et pourtant, c’est comme si c’était la première fois. Le même émerveillement, la londonstalgie en plus.

Londres c’est un cocktail d’atmosphères, d’ambiances qui ne s’expliquent pas, qui résonnent au fond de nous, comme une réalité indicible et sans artifice. Je ne vous parle pas du Londres des touristes, des Buckingham Palace, des 10 downing street, des gardes à cheval, ni même des cabs ou des écureuils.

Je vous parle du Londres où l’on traverse alors que le bonhomme est encore rouge, du Londres aux trottoirspas toujours très droits, du Londres à la météo parfois un peu capricieuse, du Londres bienveillant où il fait bon vagabonder des heures durant, du Londres qui sent la friture, du Londres où l’on dit cheers quand on nous tient la porte.

Je vous parle du Londres qu’on ressent au fond de ses tripes. Le Londres Underground de Camden, le Londres un peu bobo de Notting Hill, le Londres hipster de Bricklane.

Le Londres où l’on s’arrête quand quelqu’un sort un pied de micro et une guitare, en espérant vivre un moment hors du temps. Cette ville, c’est celle qui me fait avoir les yeux qui pétillent.

Elle est folle, jeune et belle à la fois. Elle est le miroir de nos aspirations les plus folles, de nos inspirations les plus profondes. Elle est libérée, hétéroclite et éclectique. Cette ville c’est vous. Cette ville, c’est moi aussi.

Car il y a autant de Londres que de personnes qui la racontent. Mon Londres à moi, c’est celui qui me rappelle qu’on n’aura pas la chance d’être jeunes deux fois, de revivre ces moments-là éternellement.

Alors, soyons jeunes, soyons fous, et prenons des risques tant qu’on le peut encore. Car mon Londres à moi c’est surtout ça : des rues pavées de liberté.

Coeur sur Londres,
Sur vous et sur le brin de folie qui vous anime,
Lucile

Leave a Reply